SOGEM
infrastructures
informations
médiathèque
les plus
Accueil Profil SOGEM Axes stratégiques Nos Projets Personnel & Social Contact
Mandat Barrage de Manantali Projet Energie Manantali Projet hydroélectrique de Felou Evènements Appel d'offre Opportunités Documents téléchargeables Photothèque Filmothèque Nos partenaires Liens utiles Infos pratiques
Société de Gestion de l’Energie de Manantali
Sites omvs
La SOGEM se propose aussi de s’appuyer sur ses forces et insuffler une nouvelle dynamique dans sa mission de gestion, de production et de transport d’énergie.


C’est ainsi qu’elle veut porter la puissance installée actuelle de 200 MW à 400 MW au cours des quatre (4) années à venir en tenant compte de la Centrale de Félou et avec le démarrage de Gouina d’ici fin 2013.


Une optimisation de la production qui induira un développement du réseau de transport en cohérence avec les politiques nationales d’accès à l’énergie des Etats-Membres de l’OMVS, dont les plans directeurs à l’horizon 2017-2020 se résument ainsi’il suit:


La Guinée aura un besoin en énergie qui sera de l’ordre de 540 MW prévoyant l’intégration de la demande des sociétés minières et le développement du réseau de transport en 225 kV entre la Côte d’Ivoire et la Guinée. D’autres lignes de transport en 225 kV sont prévues dans le cadre de la réalisation des aménagements hydroélectriques au plan national (Kaléta: 280 MW; Souapeti: 515 MW) et sous régional (Koukoutamba: 280,9 MW, Boureya: 165,5 MW). Ces lignes seront interconnectées aux lignes existantes de Manantali et à des postes de liaisons prévus dans les Plans Directeurs respectifs OMVS, de l’OMVG et du WAPP;


L’interconnexion électrique en 225 kV et le raccordement des sociétés minières et industrielles du Mali sont fortement envisagés avec un besoin d’énergie électrique estimé à plus de 300 MW à installer avant 2017; Les réseaux d’interconnexion en 225 kV retenus à cet effet, sont: Mali-Côte d’Ivoire, déjà en service; Mali-Burkina Faso, dont l’étude de préinvestissement est en coursMali-Guinée;


Avec son potentiel de gaz, la Mauritanie compte installer une centrale à gaz de 700 MW dont une première phase de 350 MW pourra être opérationnelle en 2015 pour alimenter les zones minières, le surplus d’énergie devant être injecté dans le réseau intérieur, dans la sous-région OMVS et dans les pays du Maghreb, voire de l’Europe. Ce paységalement d’un énorme potentiel solaire et éolien qu’il est prévu de valoriser ;


Le Sénégal compte sur l’installation d’une puissance de 500 MW avant 2017 en plus de l’importation envisagée de 80 MW à partir des centrales à gaz de Mauritanie. Les estimations du Sénégal se traduisent par une installation moyenne de 60 MW de puissance additionnelle par an.

Conséquemment, la SOGEM se propose de se donner une envergure adéquate pour la réalisation et l’exploitation, dans les meilleures conditions possibles,  des ouvrages de seconde génération de l’OMVS ainsi que des réseaux d’évacuation de l’énergie produite et des lignes d’interconnexion nécessaires;

OBJECTIFS 2013-2017 (suite)