SOGEM
infrastructures
informations
médiathèque
les plus
Accueil Profil SOGEM Axes stratégiques Nos Projets Personnel & Social Contact
Mandat Barrage de Manantali Projet Energie Manantali Projet hydroélectrique de Felou Evènements Appel d'offre Opportunités Documents téléchargeables Photothèque Filmothèque Nos partenaires Liens utiles Infos pratiques
Société de Gestion de l’Energie de Manantali
Copiright 2013 SOGEM. Tous droits réservés.
Sites omvs

LE SECTEUR DE L’ELECTRICITE

La  SOGEM sera amenée à élargir  ses missions vers l’intégration d’autres producteurs et utilisateurs d’énergie électrique dans le cadre d’une coopération sous régionale plus large à l’échelle du WAAP.

Il s’agit dans ce cadre, de mettre en place une plateforme d’infrastructure robuste pour une intégration régionale efficace du système énergétique ouest africain, disposant d’une politique transparente et commerciale favorisant les échanges transfrontaliers en matière d’électricité.
Le protocole de l’Energie de la CEDEAO est censé mettre en place cette politique de coopération énergétique, à long terme, basée sur la complémentarité et le partage des avantages.

Dans le cadre du WAPP, le protocole établi prévoit de :


Prendre les mesures nécessaires pour faciliter l’échange d’énergies,

Encourager les sociétés nationales et/ou multinationales à coopérer :

À la modernisation des installations électriques de transport,

Au développement et à l’exportation d’unités de production d’électricité pour la consommation régionale

À l’interconnexion des réseaux électriques garantissant un accès libre et sans discrimination aux sources de production d’énergie et aux dispositifs de transport.

La mise en œuvre d’un tel arsenal technique nécessite au préalable:


La planification des réseaux électriques

La fiabilité opérationnelle des installations

La protection et la restauration des systèmes

L’échange d’information

La mise en œuvre d’une tarification fiable et garantie

Le Système d’Echanges d’Energie Electrique Ouest Africain (EEEOA ou WAPP) est une institution spécialisée de la CEDEAO. Il couvre 14 des 15 pays de cette communauté économique régionale :
Bénin, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Ghana, Gambie, Guinée, Guinée Bissau, Libéria, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, Togo.

Le WAPP bénéficie d’un Protocole sur l’Energie adopté par les pays de la CEDEAO qui a pour objet « l’établissement d’un cadre juridique destiné à promouvoir une coopération à long terme dans le domaine de l’Energie et fondé sur la complémentarité et les avantages mutuels en vue d’augmenter l’investissement dans le secteur de l’Energie et de développer le commerce de l’énergie dans la région de l’Afrique de l’Ouest ».

Le WAPP a établi un « Plan Directeur » qui est fondé sur la demande d’électricité avec un taux moyen de croissance 5% à 7% par an de 2010 à 2025 en vue d’aboutir à la création d’un marché unifié d’énergie devant permettre d’assurer, à moyen et long termes, un approvisionnement régulier en énergie électrique, fiable, à des coûts compétitifs.

Les pays de la Zone A : Côte d’ivoire, Ghana, Togo, Bénin, Nigéria, Burkina Faso, Niger

Ces pays sont actuellement tous reliés grâce aux interconnexions suivantes :
Côte-d’Ivoire – Burkina Faso, Côte-d’Ivoire – Ghana,
Ghana –Togo – Bénin – Nigéria,
Nigéria – Niger

Les exportations vont principalement de la Côte-d’Ivoire, du Ghana et du Nigéria vers les autres pays, le Ghana importe cependant de la Côte-d’Ivoire
La plus grande partie de l’énergie du Niger vient du Nigéria.

Les pays de la Zone B : Guinée, Mali, Sénégal, Guinée-Bissau, Gambie Libéria, Sierra Leone  

La première interconnexion existante dans la zone B est celle des pays de l’OMVS (Mali-Mauritanie-Sénégal).
La deuxième interconnexion dans la Zone B est intervenue avec la mise en service de la ligne en 225 kV Mali -Côte-d’Ivoire.

L’interconnexion Mali – Côte-d’Ivoire démarre la jonction électrique ente la Zone A et la Zone B
Secteur Electricité (suite)